Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL)

Dernière modification le 13 juillet 2017 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Institué par la loi du 30 octobre 2007, le Contrôleur général des lieux de privation de liberté veille, en toute indépendance, à ce que les personnes privées de liberté soient traitées avec humanité et dans le respect de la dignité inhérente à la personne humaine. Il s’attache en particulier aux conditions de détention, de rétention ou d’hospitalisation mais aussi aux conditions de travail des personnels et des différents intervenants. Le Contrôleur général peut visiter à tout moment, sur l’ensemble du territoire français, tout lieu où des personnes sont privées de liberté.

Contact

  Sur place

16-18 quai de la Loire
75019 Paris

La carte n’est pas pleinement compatible avec l’utilisation d’un lecteur d'écran. Nous vous conseillons donc de passer celle-ci. En remplacement vous pouvez utiliser la liste située juste avant.

Passer la carte

Revenir avant la carte

  Par correspondance

BP 10301
75921 Paris Cedex 19

Télécopie :
01 53 38 85 32

  En ligne

Courriel :

  Téléphone

01 53 38 47 80

Responsable(s)

  • Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté

    Adeline HAZAN, magistrate

    Téléphone : +33 1 53 38 47 80

  • Secrétaire général

    André FERRAGNE, contrôleur général des armées

    Téléphone : +33 1 53 38 47 97

  • Directrice des affaires juridiques

    Jeanne BASTARD

  • Directrice administrative et financière

    Christine DUBOIS

  • Contrôleuse, déléguée à la communication

    Yanne POULIQUEN

    Téléphone :  +33 1 53 38 47 96

  • Contrôleur, délégué aux relations internationales

    Anne-Sophie BONNET

    Téléphone :  +33 1 53 38 47 80

La rédaction de l’Annuaire recense et met à jour les coordonnées de l’administration et des services publics. Elle ne peut pas prendre en charge vos demandes d’information et de renseignement auprès des organismes eux-mêmes. Vous pouvez en revanche signaler à la rédaction de service-public.fr d'éventuelles erreurs présentes sur cette page : Écrire à la rédaction